Les 3 Frontières ( 54 347 KMS )
-

Ciudad del Este, Foz da Iguaçu, Puerto Iguaçu trois villes complétement différentes par leurs morphologies et par leurs cultures mais elles ont toutes les trois un point commun : le fleuve Parana qui délimite les 3 Frontières entre le Paraguay, le Brésil et l’Argentine.
Durant deux semaines, je vais voyager entre ces trois pays, le passeport toujours a porté de main.
Allez en selle!!!!
 

La première étape de ce périple frontalier me conduit à Foz da Iguaçu…
où je séjournerai à la CASA DE CICLISTA ACCI
de Luciano et Riccardo, l’accueil brésilien est toujours aussi chaleureux.
L’attrait de cette ville est bien sûr les monumentales Chutes d’Iguaçu. En compagnie de Luciano nous nous rendons au parc avec une invitation spéciale d’Ivan le directeur qui nous offrira l’entrée et les diverses activités. Merci Ivan!!!!

La route à travers la jungle nous mène tout doucement vers le site ….
au début la rivière est très tranquille mais ….
que dire lorsque je découvre ce spectacle !!!! aujourd’hui en écrivant ce blog j’en ai encore la chair de poule!!!!

275 cascades !!!! qui déversent 6 millions de m3 à la seconde. GRANDIOSE !!!!

surtout avec les fortes pluies des semaines précédentes qui ont gonflé les rivières.

La nature dans toute sa splendeur.

Un rêve de gamin se réalise.

En compagnie de Luciano via une piste à travers la jungle,

nous nous rendons à un embarcadère où Ivan nous a offert une petite ballade en bateau…
sur une rivière très calme mais ….
voilà où nous partons!!! prendre une grande douche !!!! le bateau fonce directement sous les cascades !!!

De retour à la CASA DE CICLISTA, je me retrouve à réparer des vélos de jeunes brésiliens….

un projet mené par Wagner qui est soutenu par Paula et Luciano; comme quoi le Brésil c’est aussi le pays des deux roues!!!
Je ne pensais pas franchir de nouveau le Pont de l’Amitié vers Ciudad del Este une ville sans intérêt pour moi.

Mais de l’autre côté, j’ai été invité par Fernando un suiso espagnol et Emilio un madrilen.
dans le petit paradis de PUNTA ARENA.
Un bon asado de viande paraguayenne.

les pieds directement dans l’eau..
un lieu parfait pour se ressourcer.

Pas loin de là, Hernandarias et le monumental barrage d’Itaipu…

le plus grand barrage du monde par sa production électrique, loin devant les chinois des 3 Vallées. La chance est de notre côté puisque le barrage n’ouvre que 6 fois par an ces portes!!! il y a 6 millions de litres seconde qui s’écoulent!!!
Grâce à Graciela, nous aurons le privilège d’être invité pour une visite privée de l’intérieur du barrage. La visite c’est par ici….
La salle de contrôle .

Le barrage est binational. Paraguayens et brésiliens se le partagent et à l’intérieur une ligne symbolise la frontière. Je suis sur la frontière et mes amis de part et d’autre…

La production : 75 milliards de Kwh par an!!!! cela permet de couvrir 26% de la consommation brésilienne et 80 % de la consommation paraguayenne.

Tout est démesuré ici!!!!

20 turbines tournent quasi en permanence.
Une turbine mesure 10 mètres de diamètre!!!

On se sent tout petit!!!
Vue du barrage depuis le lit de la rivière !!!

Une construction titanesque. 13 millions de M3 de béton 15 fois plus qu’Eurotunnel !!! l’ensemble de l’acier nécessaire équivaut à 380 tours Eiffel!!!

Le réservoir d’Itaipu un lac sans horizon.

Pour arriver à réaliser un tel projet il aura fallu détruire des centaines de milliers de km2 de nature, c’est le revers !!! mais je pense que parfois il faut détruire un peu pour sauvegarder. Produire une électricité de manière la plus écologique et la plus rentable au monde, c’est çà. Imaginez le nombre qu’il faudrait de centrales thermiques ou nucléaires !!!!

Le Paraguay lui aussi possède un petit joyau.

Le Salto Monday!!!

Une chute d’eau impressionnante de 80 m!!!!

Spectacle très rare dû aux fortes précipitations.

Il faut avoir confiance dans l’ascenseur car les maçons ne connaissent pas le niveau et l’aplomb!!! pas un pilier n’est droit!!!

Un moment privilégié!!!

Ce second passage au Paraguay aura scellé une très forte amitié avec Fernand, Jocéphina et Emilio. Des rencontres uniques et privilégiées, gravées à vie. Merci pour tous ces moments très riches mes Amis!!!
Une nouvelle fois, je sors le passeport pour franchir la douane ..
le rio Parana…
mais cette fois par une barge.
De l’autre côté l’Argentine qui a les pieds dans l’eau !!!

Direction pour admirer les Chutes D’Iguaçu côté argentin.

Iguaçu, en guarini, signifie grande eau
Petit lézard.

avec la Gargenta del Diablo !!!! ( la Gorge du Diable).

Sous un drapeau noyé dans la grisaille du ciel argentin, je reprends ma route sous la pluie …

 qui me mènera chez Victor un garde du parc provincial de LA PENINSULA.

Le voyage à vélo rime avec LIBERTE !!!
Les pièges de la route mis à part les véhicules et les trous ce sont les serpents plus au moins vénimeux. Le pire le serpent corail !!!!

En fin de journée c’est toujours le même rituel : trouver un camp pour la nuit. Au fond d’une piste je plante ma tente dans la jungle…

Mauvais choix. Durant la nuit je serai assailli par des fourmis MINERAS !!!!
Voilà la tête d’une fourmi avec ses mandibules d’aciers !!!
La lutte est impossible !!! je dois plier le camp en plein milieu de la nuit !!! je dormirai dans mon hamac, là c’est plus sûr!!!

Ma tente est perforée de partout !!!

Il y a deux moyens de traverser la province de Misiones : la route où la piste,

comme toujours je privilégie la piste. C’est certain que c’est plus dur mais les paysages sont tellement plus sauvages …
et permet des rencontres comme les indiens guaranis.

Plus de tente, merci les fourmis!!! ce soir ce sera le hamac.

Plantations de thé argentin.

Je savais que mon vélo était lourd !!! mais pas à ce point!!!
Tout doucement je me laisse glisser vers le Sud de Misiones….
à travers des paysages qui rappellent la Suisse.

Petite pause à Puerto Paraiso chez mon ami Jeronimo que je retrouverai plus tard.

Pour arriver chez lui il faut la machette !!! car la jungle est dense.

Ici aura vécu quelques mois un “Robinson”.
Les abris de bus sont toujours les bienvenus pour une pause fraîcheur.
Rencontre de route avec William et Roque, des argentins.
Sous cette température au soleil ….

les rivières sont des petits paradis de fraîcheur.
et surtout un bon endroit pour passer ma dernière nuit argentine.
J’approche de Posso Alba.

De l’autre côté du fleuve : le Brésil.

Ces deux semaines passées à cheval entre ces trois frontières furent une nouvelle fois très intenses pour moi. Toujours des paysages, des rencontres, des expériences toujours aussi incroyables et riches en émotions !!!
Pour la troisième fois de mon voyage, je rentre au Brésil pour traverser la province de Rio Grande do Sul.

A suivre…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
Pas d'événements à venir
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+