La Trans-Chaco paraguayenne 52152 km
-

Depuis toujours je suis fasciné par cette route qui traverse le Paraguay Une très longue ligne droite de plus de 800 kilomètres au milieu de l’une des régions les plus hostiles du globe : le Chaco. Je sais ou je vais, je sais ce qui m’attend, la plus dure partie de mon voyage.

Je viens de franchir la frontiére laissant derriere moi la Bolivie. Je me dirige vers Mariscal Estigarriba oú se trouve le poste de douane á quelques 224 kilometres!!!

Aujourd’hui je ne vais parcourir que quelques kilométres, je camperai dans un petit bosquet.

Le Chaco c’est cela, la journée super chaud, trés peu d ‘abri, une zone inoccupée et surtout pas d´eau!!! je vais devoir transporter 18 Litres d’eau ce qui porte le poids du vélo á plus de 80 kilos!!!

Il est minuit!!!! impossible de dormir.!!

Bienvenue au ´Paraguay, bienvenue dans l’enfer du Chaco!!!.
Une longue ligne droite sans changement de direction, me voila parti pour dix jours!!!
Seules quelques estancias de milliers d´hectares espacées tous les …..!!!! rompent les paysages de brousse qui défilent devant moi.

Des arbres aux formes étranges bordent la route samu’u en guaranis ou l’arbre ivre.

A chaque fois que c’est possible je profite de l’ombre pour une petite pause afin que la température du corps baisse.

Voila la richesse du peuple paraguayen, la chaleur de leur coeur et l’accueil chaleureux que j’y  recois chaque jour depuis que je suis rentré dans ce pays. Aprés une longue journée sous le soleil brulant je m´arrête dans un petit hameau de quelques maisons, une femme me propose son patio pour m’y installer pour la nuit quelques minutes plus tard elle revient une assiette á la main remplie de tortillas. Un délice!!!

Le Chaco c’est des routes défoncées et lorsque l´asphalte s´efface …..

c´est du sable!!!
et encore du sable!!!!
Je maintiens le cap vers Ascuncion et PLAN INTERNATIONAL, chaque goutte de sueur, chaque kilométre seront un sourire pour les enfants. Voila ma motivation.
Aujourd´hui j’ai mis mes belles chaussettes blanches!!!.

C’est un événement pour la premiére fois depuis que je voyage j’ai plus de chevaux dans les jambes qu´un camion!!!!

eh oui, je suis obligé d’immortaliser le moment!!
LaTrans-Chaco rime avec le Salaire de la Peur. Les chauffeurs boliviens ou paraguayens au volant de leurs camions citernes chargés de gaz parcourent les 850 kilométres qui séparent Villamontes d’Ascuncion. Il leur faut une vingtaine d’heures pour effectuer le trajet sous des températures de plus de 45° C, pour éviter de s’endormir ils mastiquent durant des heures des feuilles de coca qu’ils garderont en forme de boule dans une joue. Cela produit l’effet de la cocaine et les maintient éveillés durant le trajet. Mais parfois l’accident se produit, le gardien d’une estancia qui se trouve á 200 métres de lá me dit ici je suis en sécurité?? euh si celá explose il y a trou énorme et tu ne retrouve même pas un clou de ta cabane mon ami!!!!
Non vous ne rêvez pas, je suis toujours au Paraguay!!! étrange de trouver des noms de villages allemands.

J´arrive á Filadelfia, la moitié du Chaco est derriére moi.
Un petit passage á la banque et me voilá millionnaire!!! ici l’argent ne vaut rien; un billet de       100 000 guaranis équivaut á envrion 16 euro!!!

Petite balade dans la ville sous une tempête de sable, histoire de mieux connaitre cette ville si particuliére.
Tien donc!!! je ne pensais pas découvrir un ancêtre ici au milieu de nulle part.
En entrant dans cette ville, j´ai l´ímpression d’être en Allemagne tellement l’organisation de la ville est parfaite. Les noms des rues sont en allemand, l´architecture est identique.

D´ailleurs on y parle l’allemand ou l’espagnol avec un accent allemand. C’est dépaysant!!!!

Toute la communauté Mennonite vit autour de pilier la coopérative et l´église.

Je suis content la température vient de baisser!!!

De 1932 á 1935 le Chaco fut le theatre d’une guerre sanglante contre la Bolivie qui se solda par la défaite de la Bolivie et la perte de territoire pour le Paraguay mais plus d’un quart des forces engagées perdirent la vie, la majeure partie sans se battre du au manque d’eau!!!

L’explication la voici, la ville fut fondée par des Mennonites en 1930 aprés un exode de la Russie. Ils achetérent cette partie du Chaco pour y vivre selon leurs régles. Ils eurent le mérite de cultiver cette terre si aride et de lutter contre ce climat.

En me rendant au supermarché je me rends compte que je suis á quelques semaines de Noel. Une sensation étrange de me dire que je vais passer Noel avec 40°c.!!!!
Me voilá prêt pour la deuxiéme partie de la traversée du Chaco.

La veille j’ai fait congeler mes bouteilles d’eau….

mais les conditions climatiques changent radicalement en une journée.
 Je pars sous un ciel gris et la pluie “froide”(21°)
les parties non asphaltées se transforment en boue!!!

Tout est innondé et trouver un campement pour la nuit est trés difficile alors

je me replis vers des hangars ou
des petits abris.!!!

Pour rompre la monotonie de la route, tous les jours je sors mon livre afin d´apprendre le portuguais.

tout en jetant un oeil sur les paysages
Je crois que jamais je n´ai pédalé sur une route aussi plate. 2 métres d’élévation en 120 kilométres.

Sur la route, contrairement á la premiére partie du Chaco, je rencontre réguliérement des petites épiceries oú je trouve l’essentiel.

Euh oui, il y a parfois des caimans qui traversent la route.!!!!

A l´approche d’une grande ville comme Ascunsion, il est toujours compliqué de camper mais j´ai la chance de rencontrer Antonelo qui m´aidera á m’héberger.
Donnez-moi une cuisine et je vous cuisinerai un lomo saltado… hum extra!!!
Un joli spectacle nocturne.!!!
Le lendemain matin le spectacle est tout autre. C’est sous le déluge que je me rends á Ascuncion…

la pluie redouble tout le trafic s’arrete. Je trouverai refuge á une station service. Les rues ressemblent á des riviéres.

Le rio Paraguay est en cru mais le pire est á venir.

Me voila á Ascuncion, fatigué mais super content d ‘avoir effectué cette traversée.

Euh capitaine, tu peux descendre de ton bateau, il n’y a plus personne!!!
Petit tour de la ville avec mon ami Horacio

Je suis pas adepte des visites de cimetiéres mais il faut dire que celui d’Ascuncion vaut le détour pour ses” tombes” un peu particuliéres. 

Des tombeaux de rois !!

La démesure régne partout c’est á celui qui construira le plus grand!!!

Made in Paraguay!!! en 3 ans de voyage, c’est la premiére fois que je rencontre une aire d’entretien pour vélo!!!

L´ancienne gare ferroviaire Le Paraguay fut le premier pays d´Amérique du Sud á posséder un réseau ferré.
Voila le résultat des pluies diluviennes, en une journée il tombera ce qu´il tombe en un an!!!, le volume du barrage en aval rejete 7 fois la quantité du débit des cascades d´Íguacu. HALLUCINANT!!!

Résultat l´état d´urgence est déclaré et il y aura 27 000 réfugiés!!!! ( j’y reviendrai lors d’un prochain article)

Quand les bidonvilles des refugiés cotoient …

le palais présidentiel. Une image surréaliste.

Satisfait d’avoir atteint la capitale Paraguayenne qui sera le point de départ d’un long marathon cycliste pour visiter tous les bureaux de PLAN INTERNATIONAL ainsi que ce pays méconnu.

A suivre……



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
Pas d'événements à venir
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+