Haïti 680 km
-

Le 1 avril je quitte la République Dominicaine où je viens de passer neuf jours. Prochaine destination Haïti. Haïti représente 1/3 de l’Hispaniola et avec plus de 10 millions d’habitants c’est un pays qui est densément peuplé. Outre ces quelques chiffres il y en a un qui est très triste mais malheureusement le plus parlant le 1. Haïti est probablement le pays le plus pauvre au monde. Malgré cette pauvreté extrême Haïti c’est aussi autre chose. Allez en selle!!!!
Ouanamithe dans le Nord mon point d’entrée . En apercevant cette porte qui délimite la frontière entre les deux pays, j’éprouve un étrange sentiment. J’ai l’habitude de franchir les frontières mais c’est la première fois que j’ai, face, à moi une porte métallique avec un cadenas!!! On vient m’ouvrir la première porte puis elle se referme aussitôt je franchis le pont une deuxième porte s’ouvre et se referme. C’est comme rentrer dans une prison. Pourquoi donc enfermer un peuple???

L’union fait la Force.

J’entre à Fort Liberté petite ville tranquille jadis elle fût un point stratégique dans les Caraibes.
Les ruines de l’ancienne forteresse.

Roselyne et Carline mes cuisinières qui m’ont préparé ces bons petits plats créoles.
Une des tâches quotidiennes que les enfants doivent effectuer, aller chercher de l’eau; parfois le puits ou la source se trouve à quelques kilomètres.

La ville de Cap Haïtien, comme dans toutes les villes haïtiennes, la circulation y est anarchique, bruyante mais tout se passe en douceur et sans casse.

Une famille de Cap Haïtien.
Je quitte Fort Liberté prochaine étape Milot.

 

Les paysages sont très désertiques et laissent parfois penser à la savane africaine. Cela fait six mois qu’il n’a pas plu!!! Pas étonnant que sur la route je trouve des panneaux comme “Savane Carrée”.

Chemin d’accès vers la citadelle.

La citadelle Laferrière construite dans les années 1820 par le roi Christophe trône à plus de 900 m sur un éperon rocheux. Le but étant de se défendre contre un éventuel retour des français après l’indépendance. Elle est classée au patrimoine mondial .C’est la fierté du peuple haitien.

50 000 boulets ont été stockés pour 
alimenter des pièces d’artilleries impressionnantes. Elles n’auront jamais servi!!!!

Le Palais mon Souci du Roi Christophe. Détruit par un tremblement de terre.
Je traverse le pays par la piste intérieure, Cap Haïtien, Pignon, Hinche, Mirebalais

Dans la majorité des cas il y a un pont pour traverser la rivière parfois
non il faut se mouiller, mais je regarde toujours l’endroit où les véhicules passent pour juger de la profondeur. 
La piste sèche, la poussière vole j’en suis recouvert mais en fin de journée la douche s’annonce.Alors que je recherche un endroit pour camper je suis pris dans un violent orage. La nuit tombe, la route se transforme en rivière impossible de trouver un endroit pour se mettre à l’abri car d’un coté c’est le ravin et de l’autre une falaise.
Il me faudra 40 minutes pour atteindre le sommet et trouver une carrière boueuse où je planterai ma tente. Je ne peux pas faire de feu pour cuisiner ce soir? pas de repas juste du grignotage. Ce n’est pas la crampe à l’estomac qui me fera mal mais mes jambes,des mollets aux cuisses que des crampes Aie aie !!!!!! après 110 kilomètres et 2h de marche je crois savoir d’où cela vient!!!

 

Lac Péligre

La route après Hinche devait être plate mais mais …..  çà grimpe  

çà grimpe toujours mais une fois au sommet ….
Vue panoramique sur la baie de Port au Prince.

Ici c’est le désert qui a pris place, l’homme y a contribué par un défrichement intensif.  Intensif est encore un qualificatif trop faible puisqu’il n’y a plus un seul arbre!!!!!

Vous allez me demander :”de Port au Prince qu’est ce tu as vu du tremblement de terre?” comme je vous l’ai  dit je ne suis pas venu faire du voyeurisme ici. La ville est en pleine reconstruction, on voit peu de trace du tremblement de terre. Certains quartiers comme Pétionville, quartier favorisé tout est normal tout y est beau la misère ne se voit pas…

Par contre il y a encore des dizaines de milliers de personnes qui s’entassent dans les bidonvilles dans des conditions inhumaines et la saison des pluies arrive. Et pourtant des moyens, du matériel et de l’énergie il y a en beaucoup, mais malheureusement tout n’est pas employé comme il le faudrait.
 En cours de route j’ai discuté beaucoup avec les haïtiens et leur perception de l’action de l’ONU est mal perçue. Elle est associée à du tourisme car ils ne font pas ce qu’il faut pour les aider. Ils les appellent les Turistas!!!

Une bonne soirée d’échange avec Maka.

Mathia géra et planifia mon emploi temps durant mon passage à Croix des Bouquets. 

A Haïti j’ai appris que la richesse des haïtiens n’était pas dans le portefeuille mais dans leur coeur et leur  sourire.
Malgré la pauvreté régnante ils restent dignes dans la souffrance et aspirent à un avenir meilleur. 
En route vers la République Dominicaine
Je longe le lac Azuei un lac saumâtre un bleu si profond.

Pause déjeuner.

Des camions des camions, Haiti dépend totalement des importations avec son voisin.

Comme pour entrer, la sortie se fait par des affreuses portes métalliques.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
Pas d'événements à venir
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+