Route vers…. la Grande Casamance
-

Il est venu le temps de reprendre la route et de quitter la ville chaotique de Dakar. Ma boussole me donne un cap plein Sud vers une nature plus accueillante, vers une région que je me suis permis de baptiser   « la Grande Casamance »  car,  avant le découpage effectué par les puissances coloniales européennes,  le Sud du Sénégal , la Gambie,  la Guinée-Bissau ne formaient qu’une seule et même région.
A présent,  l’ensemble a été morcelé et donne vraiment une identité propre à chaque pays qu il me tarde de découvrir.
Allez,  en selle… mais quelque chose me dit que je vais transpirer !

Avant de quitter le bureau de PLAN,  Rotimy, le directeur régional de l Afrique de l Ouest,  m offre une nouvelle tenue
 » AUX FILLES L’ EGALITE ».
Un excellent slogan et une belle campagne que je porte à travers tous les pays traversés depuis plus de 7 ans car malheureusement des millions de filles souffrent d inégalité :  l’ accès à l éducation,   l’ accès aux soins,  à la nourriture ;  elles subissent les coutumes archaïques comme les mariages précoses, les mutilations génitales , les grossesses précoces,  etc…

Voici les transports en commun à Dakar

Je ne suis pas mécontent de quitter cette ville surpeuplée, bruyante et son trafic chaotique.

Malheureusement,  je vais encore souffrir avec le trafic hyper dense et les fumées noires des camions.

 

Finalement je retrouve les joies de la vie au milieu de la nature ;  enfin le calme et l’air pur !

et le bonheur de me préparer un bon repas au feu de bois

Au petit matin,  voila la trace que je laisse de mon bivouac… juste un tas de cendre et du café !

En route vers Kaoloack.  Je choisis l’ option du ferry pour traverser la rivière.  Dans peu de temps,  le ferry n’existera plus car les chinois sont entrain de construire un pont.
Les chinois raflent la plupart des contrats d infrastructures routières et d équipements du Sénégal mais aussi dans beaucoup de pays en Afrique. Ils viennent avec leurs ingénieurs, leurs équipements et des prisonniers pour réaliser les travaux.
Ils créent des dettes énormes auprès de ces pays, en contrepartie ils sont obligés d accepter des conditions de paiement drastiques et aussi l’ installation de familles chinoises dans les pays, l’ exploitation des eaux territoriales durant des dizaines d années, l’achat des terres agricoles,  etc…
Les chinois imposent leurs conditions et réglements, les dirigeants et populations subissent.
Les chinois sont les nouveaux colons de l Afrique avec encore moins de respect pour les droits de l homme et de l environnement.

C’est toujours un plaisir de voir les magnifiques arbres sur le bord de la route…

et de profiter de l ombre qu ils m offrent car je souffre sous cette chaleur torride…

et je ne suis pas le seul  !

Ah oui,  tout de même !  46 à l ombre… je suis cramé !

…et les cajous sont les bienvenus pour me rafraîchir.  

 

Pays numéro 35 :  la GAMBIE  ancienne colonie anglaise. Un tout petit pays tout en longueur. Cette région est passée entre les mains de plusieurs puissances coloniales européennes qui ont démantelé la région de la Casamance. Cela freine les envies d indépendance.

Passage de frontière à la carte ;  certaines nations ne paient pas de visa, moi si !  C est toujours avec beaucoup de méfiance que j aborde ces frontières car la police et les douaniers sont ultra corrompus !

Quelques mots échangés avec les populations locales qui parlent l’anglais …

Quelques kilomètres pour  m’imprégner un peu de la vie gambienne …

et un peu plus loin,  un nouveau bac pour franchir une rivière et je me retrouve en Casamance sénégalaise. Il m’ aura fallu à peine 5 heures pour traverser ce pays pour un coût de visa important et je ne m’y suis pas attardé.

Oh!  que j aime ce panneau  !   ce  devrait être la réalité pour tous les enfants !

Avec cette chaleur caniculaire,  j’ai besoin d’ autre chose que de boire de l’eau chaude avec laquelle je pourrais faire du thé ! Oh, comme elle est la bienvenue cette limonade gazelle !!

A chacun sa boisson ! ici,  tout le monde souffre !

Je vais longer la rivière Casamance en pensant que j’aurai beaucoup de vues sur celle ci mais  malheureusement la piste part au milieu de la brousse.

En mode caméléon !

Le futur de l’équipe de France est en route !

Retour de la pêche ;  les gamins troquent leurs poissons contre du riz ou des légumes.

Hé!  pas très confiance à ta pirogue Mamadou !  je vais faire le tour !

Bon à savoir !  ici il faut attendre longtemps,  très longtemps le garagiste !

Enfin des bananes !  cela fait plus de cinq jours que j’en cherche sur les marchés ;  en effet,  dans les petits villages,  il est très difficile de trouver des fruits et des légumes.

Les châteaux des bâtisseurs africains : les termites !

Baaaah !  une crevaison pour débuter la journée, il y a mieux !  Il fait déjà 34 !   mieux vaut rester à l’ ombre pour éviter de gaspiller inutilement de l’énergie au soleil.

Dans quelques décennies,  le Sénégal risque de ressembler au désert de Mauritanie vu la vitesse à laquelle avance la déforestation.

En Afrique,  la cuisine est généralement à l’ extérieur de la maison.

Je suis invité par Binta à partager le repas de la famille.

Voici la cosse de baobab que l on appelle aussi pain de singe…

 

…j’ en extrais les graines et la fibre pour les faire bouillir et au final,  je vais obtenir du BOUVE  qui est la boisson nationale sénégalaise et.. c est extra !

Voici une journée de repos typique : lessive, réparation et entretien du vélo, planification de la route et beaucoup de nourritures.

L Afrique,  c’est le continent du système D et de la débrouille ; avec peu de chose et des idées on donne une seconde vie au vélo.

Posséder un vélo en Afrique, c’ est une richesse !

Nouveau visa, nouveau tampon, nouveau pays : la Guinée-Bissau… mon 36 ème pays.

L Afrique est le continent « du bidon et du seau » !

Une coopérative locale de villageois vend du miel de la jungle…

Il est directement sorti de ces ruches artisanales.

Des fleurs de la forêt sans aucun pesticide, aucune pollution… du miel pur  100%

 

Je quitte SAO DOMINGO,  hum !  cela a une consonance « portugessch » !  Eh oui,  cette partie de la Casamance a appartenu au Portugal jusqu en 1973 lorsque Amical Cabral  a obtenu  l’indépendance du pays…

Je vais y parler mon créole DO BRASIL !  une sauce de brésilien, portugais et espagnol !  cela fonctionne pour avoir un excellent contact avec les populations locales dans les zones reculées.
Je dois même dire qu il est plus facile de partager avec les guinéens en parlant mon créole qu’avec les sénégalais qui parlent un français désastreux.

Jusqu’à présent,  j ai évité les pistes sableuses du Sénégal pour rester sur la route mais en Guinée c est une grande partie du réseau routier qui est faite de pistes plus ou moins bonnes

                          Comme j’ apprécie ces pistes bordées d arbres gigantesques qui m apportent la fraicheur !!

Sur la piste,  vers Farim , je vais traverser beaucoup de villages très colorés

 

Je me sens tout petit face à ces  « cathédrales »

L EAU,  cette richesse pour laquelle je voue un profond respect.

L accès à l’eau est réglementé par la communauté.  Aucun village n’a accès à l eau courante et tous les jours c’est le même rituel… aller à la pompe et remplir les bidons !!

Je ne me lasse pas de contempler ces arbres majestueux et immenses.

Malheureusement, ici aussi,  l’ homme les décapite pour pratiquer les cultures sur brulis. Lorsque l’on contrôle le feu ça va mais, dans le cas contraire, ce sont plusieurs hectares qui partent en fumée !

Il faut faire confiance aux rafiots pour traverser les rivières car sinon on peut attendre longtemps !!

Je me baignerais bien car la température vient de monter encore d un cran….

 49 et 53 au soleil !!!

Je poursuis ma route sur les pistes de latérite rouge….

et malgré tout il faut continuer d avancer tout en réalisant une pause durant les heures les plus chaudes
entre 14 h et 16 h.

Ma première mangue !  ça me change des cajous !

 

A présent,  plus besoin du double toit ;  je ne  dors qu’avec la moustiquaire car la température reste très élevée durant la nuit.

Tous les matins je me prépare un jus de BISSAP ( des feuilles d hibiscus)…

…ça me change de l eau chaude !

Enfin,  après une longue route de plus d’une quinzaine de jours,  je retrouve l’équipe de PLAN INTERNATIONAL à Bafata .

En compagnie de mon ami  Sirajo,   le directeur de PLAN  en Guinée-Bissau.

Dès le lendemain,  nous visitons les projets et nous allons offrir 5 vélos à des enfants pour leur faciliter l’accès à l école. Je remercie tout spécialement tous mes amis cyclistes de Mathieu en Normandie pour leur soutien.

  

Direction… les zones reculées dans la brousse de la région de Gabu ;  parfois pour parcourir 64 kms  il nous faudra plus de 2h !

A raison de trois visites d écoles par jour, c ‘est le rythme que nous tenons pour en visiter le maximum.

Une craie, un tableau et je partage mon rêve d Afrique qui a pris naissance devant la télévision en regardant le Paris-Dakar lorsque j avais une douzaine d années et que je suivais les actions de Daniel  Balavoine  sur le terrain.
Mon but… partager mon rêve et leur dire que tout est possible si l on croit en son futur…

…c’est le message que je leur laisse et j espère que cela sèmera des rêves dans un coin de la tête de tous ces gamins.
Je ne suis pas utopiste, je ne changerai jamais le destin de toute une classe mais je sais que dans l immédiat cette visite leur aura apporté de la joie et dans le futur si ce discours change le destin d un seul  enfant alors j’aurai réussi et cela vaut la peine de se battre pour eux. 

Parfois je suis amené à visiter ce genre de classe !! des abris provisoires car l’état est démissionnaire et ne construit rien dans les zones reculées.

Voila l’intérieur de la classe et les conditions pour étudier !

Dans d’autres écoles, vous cherchez  les tables et les chaises et  il n’y en a même pas une seule!!  les enfants qui ont la chance d’ en avoir une à la maison  viennent avec mais pour les autres ce sera le sol !!
Les cahiers et stylos, vous oubliez  car il n y en a pas !  c est une éducation orale !!

En compagnie de Binta, Seco, Lome nous poursuivons les visites des actions menées sur le terrain.

En Afrique,  être un enfant c est dur, mais être un enfant avec un handicap ça l’est encore bien plus ;  généralement les familles abandonnent l’enfant car il sera un fardeau et improductif !!
Heureusement PLAN, en partenariat avec une association locale,  a créé une structure pour accueillir ces enfants et leur apporter toute l’attention dont ils ont besoin…

 

…ils peuvent avoir une vie comme les autres enfants et apprendre.

Nous remettrons durant cette tournée plus de 2500 stylos afin que les enfants puissent écrire au présent… leur futur.
Je remercie Carl et Antoine pour leur générosité.

Un puits de 15 mêtres de profondeur, aucune poulie, une simple corde et…

…150 litres d eau à remonter à la main et qui va réaliser  cela ? …

   

Une petite fille d une douzaine d années avec sa petite soeur de 6 ou 7 ans à peine !  et ensuite… les seaux sur la tête,  elles transportent l’eau vers les maisons du village !!
Aujourd’hui,  c’est sa journée de repos car je vais la soulager de cette tâche. Pendant ce temps là, des hommes sont installés sur une paillasse à l’ombre à discuter ! eh oui !  il y a encore beaucoup à faire pour les droits des filles et j aime casser des cliches…
La place des filles n’est pas face à un puits mais sur un banc face à un tableau !

Pendant toute la tournée en province,  j ai reçu un  accueil incroyable de la part des enfants et des communautés.

Un partage total !  lorsque j’ouvre le cahier d une petite fille, surprise !  je m aperçois qu elle a pris des notes sur mon histoire et mon voyage,  j en suis ébahi, cela prouve l’impact que mon discours a auprès des enfants et des communautés. Le but est de leur mettre des éclats de rêves dans les yeux car tout est possible .

Un pour tous, tous pour un !!   C’ est dans l’unité que nous pouvons réaliser de belles et grandes choses.

Ma route à travers cette région m a permis de m’imprégner des différentes cultures mais elle fut extrêmement dure physiquement mais aussi moralement ; tous les jours,  il m’a fallu lutter contre la chaleur torride qui me calcinait à petit feu mais sachant les sourires et les regards des enfants qui m’ attendaient dans les écoles cela m’a permis de surmonter cette difficulté.
Ma visite en Guinée-Bissau est loin d’être terminée,  je me dirige vers la capitale  BISSAU …

A suivre…



5 commentaires

  • Jean-Marie Darras says:

    Encore un bien beau reportage avec, comme à chaque fois, toujours de magnifiques photos accompagnées d’un récit juste, judicieux et mesuré.
    Merci de nous partager ces moments de vie dans des contrées où nous n’irons sans doute jamais !
    Félicitations Laurent et BRAVO pour tout ce que tu fais pour le bonheur d’autrui.

  • Nathalie says:

    Super merci et bonne suite.

  • Philippe says:

    Super les photos que dire ?
    Bravo bravo Laurent.
    A bientôt sur les routes du nord.
    Bonne route a toi . Philippe

    • gaillet pascal says:

      salut laurent toujours de très belle photos bravo à toi j espere que tu vas bien ont roule à genech ont est jamais plus que 8 ou 10 le dimanche mais ça roule bien en attendent ton retour bon voyage pascal

  • Jean-Louis Feunteun says:

    Quelle aventure et quelle route….
    Felicitation pour le bonheur que tu donnes á tous ces enfants.
    Merci et bonne route mon ami.

Répondre à gaillet pascal Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
18.07.2019
Côte d'Ivoire
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+