Cap au Sud : en route vers le Guatemala
-

De retour à la capitale méxicaine, après ma chevauchée sur l’île cubaine, mon regard se tourne vers un pays que je connais plutôt bien : le Guatemala, pour y être déjà rentré deux fois. Une longue traversée du Méxique m’attend pour rejoindre ce pays où je vais  retrouver les équipes de PLAN INTERNATIONAL.

Pour planifier mon parcours vers le Guatemala et calculer la date d’arrivée, il me faudra plusieurs jours. J’étudie minutieusement les cartes et les profils altimétriques pour rejoindre la première équipe de PLAN  le 5 février et  je ne peux pas y arriver en retard d’où l’importance que j’attache à la préparation du parcours.

Après une semaine de repos à México,  il est temps de prendre le large …

Le 5 janvier, je quitte la capitale ultra-polluée ; je dispose d’un mois pour couvrir 2500 kms, autant dire qu’il ne faudra pas que je m’attarde.

 

Mon frère m’accompagne jusqu’au sommet du volcan Ajusco qui culmine à plus de 3800 m et partant du niveau de la mer,  je m’attends à une ascension difficile !

…Felipe rentrera sur México,  quant à moi  je poursuis ma route à travers les champs d’avoine dont on vient de faire la récolte.

Une piste cyclable qui rejoint Mexico à Cuernavaca ;  un tronçon d’une centaine de bornes rien que pour les cyclistes !!!

Ah! c’est le bonheur !  enfin de l’air pur !!!

J’adore ça !!!

Les dos d’ânes méxicains,  je les hais car parfois sur un tronçon de 1 km  il peut y en avoir 5 ou 6 !!!

Lors d’un franchissement,  j’entends un petit bruit !!! craccckkkkk !!! oh,  je n’aime pas ça !!

La patte arrière se brise !!!! Aaahhhh !!! les noms d’oiseaux volent !!! heureusement que j’ai le système de fixation de mon Rohloff qui va me permettre de maintenir la rigidité du cadre pour rejoindre le village.

J’y rencontre Ernesto et durant 1h30 nous allons travailler pour réparer ma » Petite Rose des Vents. »car il faut que je me rende coûte que coûte au Guatemala…

…mais heureusement Ernesto réalisera une vraie merveille… le côut 6 € !!!

Les petites épiceries,  en cours de route,  permettent de me ravitailler car j’évite toutes les villes.

Me voilà de retour sur les pistes d’ Oaxaca.

Je m’attaque à l’Espinaso del Diablo. Personne n’emprunte cette piste mais cela me permettra de gagner plus de 100 kilomètres !!!  parfois les pentes abruptes me déchirent les abdominaux et….

… tout cela sous un soleil de plomb. Je souffre !!!

40° je cuis à petit feu !!!

…comme l’ensemble des paysages de l’état d’ Oaxaca.

Ce soir, je n’irai pas plus loin que le sommet du col ; la montée a été éprouvante et je n’ai plus la force d’aller au village qui se trouve à 2 kilomètres pour y acheter des oeufs !!!

L’accueil des méxicains est toujours aussi fabuleux. J’entre dans un petit magasin pour acheter un soda et je demande si je peux m’asseoir  à l’ombre de l’arbre pour manger et aussitôt la vendeuse m’apporte une chaise, une table puis un bol de bouillon de poule !!!

Tout doucement,  je glisse en direction de la côte Pacifique sur une route qui est truffée de pièges.

Prudence ! car je n’ai pas envie de terminer comme un bon nombre d’automobilistes …

…en chutant au fond du ravin !!!

ici, c’est un autre genre de chute car certain  on  tendance à trop  » lever le coude » !!!

Triste constatation de la pollution au Méxique ! certaines routes sont de véritables décharges !!!!

Une autre pollution : les glyphosates qui pullulent partout !!! toutes les rivières sont soit contaminées par les ordures, soit par les produits chimiques et l’eau est impropre à la consommation !!!
C’est dramatique !  Avant,  l’eau était gratuite et facilement accessible,  maintenant il faut …

…acheter des bidons d’eau !!! personne ne comprend et l’on continue de polluer !!!

Excellente réflexion ! Je l’adore.
IL Y A DES PERSONNES QUI AIMENT L’ARGENT ET QUI FONT DE LA POLITIQUE, S’ ILS AIMENT TANT L’ARGENT, QU’ILS FASSENT DU COMMERCE, OU DE L’INDUSTRIE, QU’ILS FASSENT CE QU’ILS VEULENT, CE N’EST PAS UN PÊCHE,  MAIS LA POLITIQUE EST POUR SERVIR LE PEUPLE.

Mes retrouvailles  avec le Pacifique.

Heureusement que j’ai mon couteau de poche pour ouvrir les cocos et en boire le lait rafraîchissant  !

Il faudra que l’on m’explique pourquoi on peut construire des hôtels de luxe au coeur d’un parc national…

…90 % des accès aux plages sont privés et…

…privent les personnes d’accéder librement au littoral !!!

… mais je finirai par trouver un accès pour découvrir les magnifiques plages du Pacifique.

« La Ventosa  »  que l’on pourrait traduire par  » La Venteuse « est la région la plus venteuse de toute l’Amérique Centrale…

Aujourd’hui,  je n’ai pas de chance,  je vais devoir pédaler avec un vent de 130 km/h !! autant dire  la force d’ un ouragan classe I mais parfois elle peut être de classe II ou III !!!…

aussi, pas étonnant que l’on y ait implanté des milliers d’éoliennes.

Les camions ne peuvent plus avancer et doivent se mettre à l’abri pour éviter de se retourner !!!

Il est impossible de pédaler et je vais devoir pousser le vélo durant 8 kms !!! en luttant contre le vent et…

…malgré mes 150 kgs (vélo & mon poids ) le vent me jettera violemment au sol comme une vulgaire marionnette de papier !!!

Les jambes meurtries et couvertes de coups, j’arriverai à bout de ce tronçon de 15 kilomètres après 3 heures de lutte !!

Après l’effort,  il me faut recharger les batteries ; pour des étapes de ce genre, je consomme plus de 5000 calories !!!

…aussi je mange,  je n’arrête pas de manger !!!

Je quitte le littoral pour reprendre de la hauteur vers Tuxtla Guttierez

Petit crochet par San Cristobal de Las Casas.

Une route bien tranquille me conduit vers Oxchuc où la vie n’a pas l’air si …

tranquille que cela !!! j’apprendrai plus tard que ce véhicule a été incendié par les villageois, il y a deux jours !!!

…tout comme la maison du maire !!!
Cette petite ville de 20 000 habitants au coeur du Chiapas est en guerre contre l’état méxicain depuis 2 ans !!!

Pour rentrer dans la ville,  il faut s’acquitter d’une taxe de péage. Pour celui  qui est contre le mouvement  il y a vite des représailles et le bidon d’essence est souvent à portée de main pour brûler les véhicules !!! Il y a  peu de temps de cela, l’armée est venue pour tenter de désamorcer le conflit ; certes ils sont bien rentrés mais ils sont repartis à pied puisque 15 véhicules furent incendiés !!! Ici l’ultra-violence règne et les villageois vivent avec la peur !!!

Heureusement il y a des ondes positives dans la ville et je suis accueilli par Pedro et sa famille.

Visite des ruines Mayas méconnues du public et en dehors des circuits touristiques : Tonina

Le site fut construit il y a plus de 15 siècles !!!

La pyramide mesure 76 mètres …

…de là haut une vue incroyable sur les Montes Azules …

Et les casses continuent !!!  après le cadre, une vis arrière,  c’est au tour du  porte-bagages  avant de se briser !!!

Le taux d’enfants scolarisés est en chute libre dans la région du Chiapas ; les enfants ont déserté l’école pour les salles de jeux !!!

Probablement l’une des zones les plus éloignées au Méxique : Les Montes Azules. (bleus) mais où je ne vais voir que  gris et la pluie durant une semaine …

Certains passages de ponts sont délicats !!!

Attention, me voilà prévenu !!!
Bien que le mouvement zapatiste ait perdu de sa grandeur dans la région, il reste fort.  Ici, la loi mexicaine ne s’applique pas et chaque village possède ses propres règles et applique ses sanctions qui peuvent être extrêmes… jusqu’à la mort !!! HALLUCINANT !!!

Je traverse des petits villages isolés au coeur des montagnes embrumées.

La vie des villages s’organise autour de l’agriculture, unique moyen de vivre ou survivre dans l’un des états les plus pauvres du Méxique.

Drôle d’endroit pour stocker les produits vétérinaires !!!!

Le compteur gonfle et je franchis le cap symbolique des 80 000 kms ! cela représente deux tours du monde !!!
eh oui ! tout de même !!!

Bravo la police !!! comme une grande partie des voitures, ici on roule sans plaque !!!

Lorsque ce n’est pas le vent, les casses du matériel qui me freinent,  ce sont les crevaisons !!! mais rien ne pourra m’empêcher de poursuivre mon objectif et de rejoindre les équipes de PLAN INTERNATIONAL au Guatemala.

 

Camper dans le Chiapas sera parfois super compliqué car il n’y a rien de plat et la jungle y est dense.

Tous les matins,  j’enfile mes vêtements mouillés, je plie ma tente mouillée et mon bonheur se résume à prendre un bon p’tit déj chaud pour me donner l’envie de pédaler sous la pluie durant toute la journée.

 

Oooohhh le spécimen !!! voilà ce qui traîne dans la jungle du Chiapas !!!

Malgré tous les problèmes rencontrés en cours de route, j’atteins Corrozal et la frontière guatémaltèque. Lorsque je regarde dans le rétro tout ce qui  a pu se passer durant un mois, j’ai l’impression que ce sont plutôt deux mois qui se sont écoulés !
Rien n’a pu m’empêcher d’atteindre l’ étape de mon premier objectif mais il me faudra encore quelques efforts pour rejoindre les équipes de PLAN INTERNATIONAL.

A suivre ….



2 commentaires

  • Eric Franc says:

    Tu as dégusté 🙁 super journal. Ton vélo ramasse mais dans ces pays les gars savent tous réparer.
    On pense a toi de la Finlande 🙂

    courage
    /Eric

    • Salut Eric
      Merci pour ton commentaire, oh que oui le vélo et le cavalier ont bien ramassé durant la traversée
      J’espère que tout va bien pour toi et la famille
      Un abrazo de Guatemala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
11.11.2018
Route vers le Portugal
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+