Bienvenue chez les Breizh
-

Me voici donc arrivé aux portes de la Bretagne. C’est une région qui a une forte identité ; on se sent fier d’être breton avant d’être fier d’être français. La culture bretonne est forte à commencer par sa langue, sa gastronomie, ses légendes, son histoire et sa géographie.
Oui,  je crois que je vais avoir beaucoup à découvrir durant les quelques semaines que j’ai prévu de lui consacrer mais je doute d’avoir le temps de tout faire.
Alors ne perdons pas de temps et en selle.

Me voilà prêt pour la découverte de cette région.

Il n’y a aucun doute je suis bien en Bretagne !!!   
En quittant ma famille bretonne de Liffré, je rejoins le canal de la Rance avec l’objectif de rejoindre la ville de Saint Malo


Dû à un départ tardif, la première étape ne me mènera pas bien loin; jusqu’à l’écluse de Hédé Bazouges où j’y rencontre Guillaume et sa famille.

Il est tard, avant de trouver un endroit pour y planter ma tente, il me faut faire le plein d’eau. J’aperçois un homme qui rentre un panneau
je m’arrête et la conservation s’engage…
– Bonjour,  excusez moi de vous déranger,   serait-il possible de faire le plein de mes bidons,  s’il vous plait ??
– Bonjour,  oui il n’ y a pas de ….. ( il n’a pas le temps de terminer sa phrase qu’il  embraye sur une autre)
mais tu fais parti de PLAN ??? qu’est ce que tu fais ici ??
– (moi tout surpris) oui bien sûr, je suis un ambassadeur pour eux et je parcours le monde pour soutenir différentes actions en faveur des enfants mais toi comment tu connais PLAN ??
– Je suis parrain d’enfants depuis plus de 15 ans !!! mais où vas-tu maintenant ?
–  je vais chercher  un espace près du canal pour y planter ma tente.
– mais tu n’iras pas plus loin,  tu restes ici pour la nuit et demain tu prends ton p’tit déj avec nous !!!


Le lendemain matin, je prendrai un super déjeuner avec Guillaume et Catherine qui gèrent des hébergements sur le canal (www.illeflottante.com).
C’est l’occasion d’échanger sur notre engagement avec PLAN. Forcément nous avons beaucoup de points en commun et c’est un immense plaisir de partager cela et tellement intéressant que l’heure passe très vite et le p’tit déj se terminera à 10H30 !
Peu m’importe le retard pris et que de ce fait je ne puisse  pas visiter Saint Malo car cette rencontre est bien plus intéressante.
Un Grand merci pour votre accueil.

Je continue ma balade le long du canal…

qui me mènera à la ville fortifiée de Dinan…
…et ses ruelles pavées et étroites.

Je quitte le canal pour rejoindre le littoral sauvage breton,

Un peu plus loin le Cap Fréhel.


…et des plages de sable blanc à perte de vue, je ne vais pas  résister à aller me baigner même si l’eau est relativement froide.

Au fil des kilomètres,  le long de la Côte de Granit Rose, je découvre les merveilles bretonnes.

Le phare de Ploumanach.

A force de flâner, je finis par prendre beaucoup de retard et avec regret je dois me résoudre à quitter le littoral mais cela a aussi de bons côtés puisque je vais découvrir l’intérieur de la Bretagne via les  » Voies Vertes « .

 

Je rejoins le coeur de la Bretagne…

En prenant soin d’éviter certaine impasse, comme celle-là !

Fin de journée, même avec la fatigue,  c’est toujours un plaisir de cuisiner.

Le lendemain, je poursuis ma route en direction de la Péninsule de Crozon en surplombant les Boucles de L’Aulne.

Le Pont suspendu de Trevenez effectue la liaison avec le continent.


Le village de Camaret, au bout de la péninsule,  est un petit paradis à lui seul…

…où ses façades colorées embellies la grisaille du ciel.

Des vieilles épaves sont venues se poser sur la plage.

Forcément,  lorsque l’on va en Bretagne, on ne peut pas passer à côté des dolmens ou menhirs.
Mais quelle est la différence ?
Le menhir est une pierre posée à la verticale et le dolmen est une pierre posée à l’horizontal sur des pierres.

La ville de Chateaulin marque le début du Canal de Nantes à Brest.


Bon, dans mon cas, ce sera de Brest à Nantes.

356  kilomètres pour rejoindre les deux villes

Pas de moins de 236 écluses jalonnent le parcours.

Voici le fonctionnement d’une écluse.

Sa construction fut décidée par Napoléon Ier pour désenclaver Brest souffrant du blocus anglais mais il ne fut ouvert qu’en 1858 par Napoléon III.

Le canal est un  lien social et facilite les rencontres entre cyclistes ou randonneurs mais celle qui me restera gravée est celle de Gérard.

Qui a dit qu’un canal était toujours plat ?  S’ il y a beaucoup d’écluses cela veut dire que le dénivelé est important puisque le rôle d’une écluse est soit de monter un bateau à l’étage supérieur ou de le descendre au niveau inférieur.

Le long du canal il y a parfois des  » cabanes  »
Cuisiner et manger à une table cela peut vous paraître banal mais pour moi cela m’apporte un grand confort.


De temps à autre, je m’échapperai du canal pour faire quelques provisions dans les petits villages…

et pour mieux y revenir et le découvrir un peu plus.

 

Le château de Josselin.


Sans hésitation,  c’est à droite !!! Mais avant l’Afrique je passerai par Nantes …


…afin d’y donner une conférence pour l’équipe de Stéphanie, la responsable des bénévoles de PLAN INTERNATIONAL.

Je resterai à Nantes où je serai hébergé chez Jules et Christine, membres de l’association Warmshower,
que je remercie pour leur accueil…. Ce sont toujours de belles rencontres.

Au lieu de continuer vers le Sud, ma boussole se désoriente volontairement et je repars à l’Ouest et le Golfe du Morbihan. Je poserai mes sacoches à Baden, chez Christophe qui m’a généreusement prêté son appartement. Encore un grand merci à toi Christophe.

Le Golfe du Morbihan est parsemé d’une multitude d’îles ; je me rendrai sur l’île Aux Moines…

puis sur l’île de Bader, accessible à marée basse,  via un gué.

Un facteur important, lorsque l’on visite la Bretagne,  c’est d’avoir un temps clément et je peux dire que je vais l’ avoir, donc autant en profiter au maximum. Je décide donc de partir à la découverte de Belle Ile ; pour cela,  je longe la Côte Sauvage mais,  dans mon élan,  je vais me retrouver stoppé par une crevaison …


Voici le coupable qui me donne un peu de stress car j’ai un bateau qui m’attend …

…mais j’arriverai tout de même quelques minutes avant le départ !!!

Une heure de traversée plus tard, j’arrive à Belle Île et découvre  » la citadelle Vauban » du Palais !

Je débarque Au Palais, la « ville principale  » de l’île,

Dès que je pose mes roues sur la terre ferme,  tout de suite,  il y a des façades qui me mettent l’eau à la bouche….

…et sans perdre une minute,  je pars à la découverte de ce joyau breton …

Pour mon escapade bretonne,  j’ai choisi de voyager « light »,  enfin « light » c’est tout de même 40 kgs !!!

Je me rends à Sauzon, où les bateaux sont en cales sèches.


et non loin de là,  La Pointe des Poulains, probablement le plus bel endroit de l’île.

Au bout de la Pointe, un phare domine la mer …


…ou les vagues viennent mourir sur les falaises; je n’ose  imaginer cette pointe lorsque la mer se déchaîne !!!

Il ne faut pas hésiter à prendre parfois des chemins qui apparemment ne mènent nulle part…

 mais qui amènent à la découverte de merveilles de la nature.
L’accès pour se rendre à la grotte de l’Apothicairie est difficile, il faut escalader la falaise qui ressemble à une huître géante…


et demande beaucoup d’efforts, oui mais que c’est beau !!!

Le phare de Goulphar est automatisé mais il est le dernier phare gardienné du littoral breton. Du haut de ces 52 mètres son focal guide les bateaux au large.

Voici le dernier gardien de phare breton mais, d’ici peu,  il n’y en aura plus. Une page d’histoire se tourne !

Non loin de là,  les Aiguilles de Port Coton que le peintre Monet a peint sous tous ses angles.

Certains découvrent l’île par la mer, en voilier, moi je reste sur mes deux roues.

C’est une île de taille modeste puisqu’elle ne mesure que 19 kms de long sur 8 kms de large et pourtant je vais tout de même réaliser 160 kms pour découvrir ses trésors comme ses longues plages de sable blanc…

Bon!  parfois ce sera un peu galère de suivre le chemin côtier mais,  tout au long, je peux admirer…

…ces superbes criques découpées…

ces falaises de la Pointe du Skeul qui ressemblent à un peu à l’Irlande.

En fin de journée,  j’essaie toujours de me trouver un superbe endroit pour planter ma tente !!!..

Ou là, je peux admirer un superbe coucher de soleil.

 

Oh çà fait peur !!! bientôt on verra sur les pistes noires de ski, descente obligatoire à pied !!!

Réveil dans la brume ….

…attention où je pose mes roues !!!

Ma balade Belle Iloise aura été trop courte mais j’ai la certitude d’y revenir un jour.

Je partage mon retour sur le continent avec Jean Marie et ses amis qui ont eux aussi parcouru l’île.

Je quitte Baden et mes amies Dominique et Monique avec qui j’ai passé de beaux moments ; ce n’est qu’un au revoir car c’est certain que je reviendrai dans le Golfe du Morbihan.

Je passerai par la ville de Vannes.

Petit crochet par les marais salants de Guérande.

Je laisse la Bretagne derrière moi mais j’emporte avec moi un délicieux Far breton !!!

Durant ces trois semaines passées en Bretagne et les quelques 1300 kms parcourus, j’ai accumulé des souvenirs de paysages et de rencontres mais j’ai l’impression de quitter cette région avec un goût d’inachevé.
C’est certain qu’il m’a manqué du temps  pour la découvrir encore un peu plus mais c’est probablement pour mieux y revenir plus tard.
Je dois me résoudre à poursuivre ma route et mon regard se tourne vers le littoral vendéen.

A suivre ….



Un commentaire

  • D'Arras says:

    Super diaporama commenté avec AMOUR.
    La suite est attendue avec impatiente, tant ayant été allégé par ce périple compté avec passion.
    Merci Ami Laurent et bonne route pour de nouvelles aventures 👍👍👍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
14.12.2018
Ceuta, Maroc
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+