Au coeur du pays Mayas : le Guatemala
-

Tout d’abord, toutes mes excuses pour avoir tardé à publier le dernier volet de mon aventure américaine.

Revenons 4 mois en arrière. Je suis dans le Chiapas méxicain et je m’approche tout doucement de la frontière gualtémaltèque. C’est la troisième fois que je me rends dans ce magnifique pays d’Amérique centrale ; un pays chargé d’histoires, de culture, de paysages incroyables mais aussi un lieu d’action de PLAN. INTERNATIONAL.


J’approche de Corozal, les pluies tropicales qui s’abattent sur cette région du monde depuis une dizaine de jours ont tout transformé en bourbier.

C’est la rivière Usumacinta qui délimite la frontière entre le Méxique et le Guatemala et…


c’est sur une pirogue que je la traverse….


pour me retrouver dans un petit village au fin fond de la jungle guatémaltèque.
Ici, il y a plus de migrants fuyant la misère du Sud que de touristes. Sincèrement, je les admire ces pauvres migrants qui endurent les pires souffrances ( soif, faim, chaleur, les violences, les vols etc) avec l’espoir de toucher l’El Dorado américain. Un El Dorado que trump ( pas de majuscule pour un sous homme !) a transformé en enfer pour eux !!!

Je traverse des petits villages indiens qui vivent en quasi autarcie. D’ailleurs je ne suis pas encore entré officiellement dans le pays…


dont le poste frontière se trouve à 25 kilomètres à l’intérieur des terres !!!


Un peu de répit avec une nuit au sec dans un « hôtel ». C’est assez exigüe pour tout mon matériel mais cela fera l’affaire.

Je m’enfonce un peu plus dans la jungle pour me rendre à Uaxactun …


où les conditions sont dures surtout en raison  des pluies hivernales ….

qui transforment la piste en verglas boueux.

Après 2 heures d’effort pour parcourir 23 bornes …

je parviens au village Maya de Uaxactun.

En route vers les ruines qui datent du VIéme siècle…

…. un endroit difficile d’accès et méconnu des touristes


Voici l’état de mes pieds après une dizaine de jours sous les pluies tropicales !!!


Cela faisait 5 ans que j’attendais de retrouver Tikal …


la plus belle cité construite par les Mayas au coeur de la jungle. C’est toujours aussi impressionnant d’être au milieu de ces temples.


Tikal s’étend sur des centaines d’hectares et une récente étude satellitaire estime que sa population a pu atteindre plus de 20 millions de personnes !!!  hallucinant , tout comme les 60 000 vestiges encore enfouis au coeur de la jungle.

Au sommet des temples, la vue est incroyable …


….mais il faut forcer sur les mollets pour y arriver.

Le temple V

La plaza mayor et son fameux jeu de balle. A chaque changement de calendrier maya, c’est à dire tous les 52 ans, deux équipes s’ affrontaient depuis le levé du soleil jusqu’à son couché. L’équipe perdante était sacrifiée comme offrande aux dieux.

Avec cette pluie incessante, me trouver un lieu au sec pour passer la nuit est souhaitable afin de repartir un peu moins mouillé.

Ici,  je passerai la nuit sur le chantier d’une maison en construction.

Petite pause à midi pour savourer les tortillas guatémaltèques.

Des retrouvailles que l’on souhaiterait éviter …

la preuve en image !!!

Par contre, celle avec PLAN INTERNATIONAL, je l’attendais depuis mon départ de México. Comme prévu, j’y arrive à temps après avoir avalé 2400 kms,  28000 mètres de dénivelé positif, en 25 jours dont la moitié sous les pluies tropicales et la boue.

Mais les efforts consentis sont rapidement oubliés par l’accueil chaleureux que je reçois à Polochic, la première des cinq régions où travaille PLAN INTERNATIONAL.

Dès le lendemain,  nous prenons le chemin de l’école de Kantiha…

au coeur d’une petite communauté Maya où la langue principale et le Q’eqc chi. Juste pour info le Guatemala compte 24 dialectes mayas !!!

Je suis accueilli par le sourire de 92 enfants, euh 91 car il manque Walter.

Toutes et tous recevront un kit scolaire, même Walter car c’est sa Maman qui est venu le chercher.
Mais où est donc Walter?
Walter a 12 ans, depuis le début de l’année scolaire il n’est pas à l’école !!! pourquoi ??? tout simplement car sa Maman, trop pauvre et qui élève seule 4 enfants, n’a pas les moyens d’acheter le matériel scolaire pour lui et ses frères et soeurs  Walter, étant le plus vieux de la famille est parti travailler à la cueillette du café pour pouvoir acheter un stylo et un cahier afin de retourner sur le chemin de l’école.
Lorsque je vais offrir le kit à la Maman, celle-ci fond en larmes et me remercie en me disant maintenant Walter peut revenir à l’école.

 

Une date qui restera gravée à jamais puisque nous sommes le 5 février et c’est mon anniversaire !!! Merci à toute l’équipe d’Analy à Polochic

Pas de répit dans la campagne pour l’éducation,  je poursuis ma route en enchainant les visites de communautés …

et toujours quelques cadeaux dans mes sacoches pour tous ces enfants.

Pour moi cette accolade de remerciements vaut tout l’or du monde !!!!
Pour le monde cette accolade vaut 2 euro !!! eh oui seulement 2 euro suffisent pour acheter un kit scolaire.
Un sourire à 2 euro ce n’est pas cher !!!

Ma visite de la région de Polochic se termine. A présent,  direction San Pedro Carcha où une autre équipe de PLAN INTERNATIONAL m’attend

Parfois,  pour gagner du temps, un pont suspendu vous permet d’éviter un très long détour…

En route vers William mon ami « demi-maya « 

Gagner du temps et mon leitmotiv afin de visiter le maximum d’école.

Apporter un peu de joie et des sourires à tous ces enfants qui ne connaissent que pauvreté, faim, violence, travail…

alors qu’ils ne devraient connaitre que l’école et la joie de jouer.

Me  rendre dans les écoles sera parfois très dur pour les jambes, surtout lorsque la route s’élève avec des pourcentages qui dépassent les 15%.

La nuit tombe, accompagné de Carlos, nous terminons l’étape sous la pluie, exténués !!!

Heureusement nous sommes accueillis par Edwin et sa famille pour y passer la nuit.
Le lendemain je reprendrai seul mon marathon à travers le Guatemala.

Après avoir savouré un plat typique guatèmaltèque, bananes fris, haricots, omelette

Une haie d’honneur pour nous accueillir à l’école de la Laguna Seca. Des centaines d’enfants m’attendent ;; du bruit, des clameurs tout cela me donne la chair de poule.

Voilà une vue de l’école il y a une dizaine d’années à peine.

Je crois que pour enseigner dans les pays en voie de développement, il faut avoir une vocation et une foi incroyable, car tout est fait pour vous démotiver.
Parfois l’école se fait en plein air, qu’il pleuve ou qu’il y ait des températures caniculaires.

parfois il n’y a pas assez de livres pour les élèves alors les professeurs achétent,  avec leur salaire, des trépieds sur lequel il y a des photocopies du livre agrandi !!!!

Parfois il n’y a pas assez de tables ou de chaises alors on se partage une table pour deux !!!

Mais grâce à des bénévoles canadiens, l’aide de PLAN INTERNATIONAL et les professeurs qui ont construit l’école de leurs propres mains, voilà ce que cela donne.

Il n’y a pas besoin d’écrire de légende sous ces photos. Elles parlent d’elles mêmes. Je crois qu’avec de la volonté on peut arriver à tout.

Mission accomplie !!!

Les journées sont toujours remplies et je les termine « mort « .
Mais est ce que j’ai le droit de me plaindre quand je sais que certains enfants auront marché 1h30 pour venir à l’école et recevoir leur kit scolaire !!

Je remercie toutes les personnes qui nous aurons soutenu au cours de l’année afin de mener à bien le projet de La Petite Rose des Vents au Guatemala.
Grâce à vos donations ce sont plus de 1000 enfants qui ont pu recevoir le matériel pour aller assister normalement à l’école.

L’équipe de PLAN à Salama.

L’équipe de PLAN de Carcha/Coban.

Photo de famille avec l’équipe d’Antonio de Jalapa.

Un magnifique cadeau.

Il est très important de valoriser et de mettre en avant le travail incroyable qu’effectuent le personnel de PLAN.
Améliorer le futur d’un pays, c’est améliorer le présent des enfants.

De nombreuses bicicletada seront organisées pour promouvoir les droits des enfants.

Une conférence pour la promotion des droits des filles et pour une place plus juste dans la socièté.

5 ans après je suis de retour à Guatemala City pour clore la campagne pour l’éducation. J’y retrouve des amies comme Lorena, Maria et Andrea.

Le bilan de mon tour du Guatemala est plus que satisfaisant même si je souhaiterais toujours plus pour les enfants.
En 28 jours ce sont 3000 enfants qui auront été rencontrés !!!

Je quitte Guatemala City après y avoir passé une bonne semaine. Après un mois passé dans les écoles, je reprends la route….

Le Guatemala abrite une grande diversité d’orchidées.

Les premiers tours de roues vont être très durs pour les jambes surtout avec la succession de cols qui m’attend pour me rendre au Méxique.

Heureusement le gâteau de bananes de Graeme m’apportera les calories nécessaires.

Le soir venu, je reprends mes habitudes et  dois me trouver un endroit paisible pour passer la nuit.

Tout doucement,  je me rapproche de la frontière.

De retour au Méxique pour la 7ème fois ; il aura été le pays le plus visité au cours de ma traversée américaine.

De l’autre côté de la frontière, je retrouve mon frère Félipe avec lequel je passerai quelques jours dans la région de Chihuahua.

Mon aventure américaine se termine après y avoir passé quasiment 6 ans à sillonner ce continent. Ce sont plus de 83000 kms avalés, 107 écoles visitées et 18000 enfants rencontrés.

Lorsque je regarde en arrière ce sont des milliers d’images qui me reviennent à l’esprit. Des visages, des sourires d’enfants, des paysages, des sites historiques , des événements …
J’ai forcément un peu de nostalgie mais je me dis combien d’autres découvertes et rencontres m’attendent sur le continent africain que je vais découvrir.



Un commentaire

  • Agier Philip says:

    C’ est super Laurent ce que tu fais , ainsi que les comptes rendus sur ton blog qui donne envie de partager nous aussi . J ‘ ai tout de suite eu en te rencontrant le 22/ 08 un bon feeling avec toi ! Alors si un jour je peux t’ accueillir sur Valence se serait un honneur pour moi . Mon tel : 0699369204 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Événement à venir
11.11.2018
Route vers le Portugal
PLAN International
Facebook Google+ Google+ Google+